L’événement adolescent

33

vignette.jpg

Avec la participation de Nédra BEN SMAIL, Gisèle CHABOUDEZ, Laurent DELHOMMEAU, Franck DROGOUL Anne FEINGOLD, Jean Marie FORGET, Hélène GODEFROY, Philippe GUTTON, Jennifer HUET, Philippe LACADEE, Brigitte LALVEE, Monique LAURET, Samuel LIEVAIN, Silvia LIPPI, Claire NAHON, Olivier OUVRY, Gérard POMMIER, Vincent RAFIS, Jean-Jacques RASSIAL, Berta ROTH, Jacques SEDAT, Marie TERRAL-VIDAL, Dominique TOURRES-LANDMAN

Si l’infantile est dans la cure un événement incontournable qui sera régulièrement remis sur le métier, l’adolescence est une phase du sujet parfois négligée lors des psychanalyses, aussi bien dans son aspect structurel que dans ses contours phénoménologiques. Le sujet de l’inconscient doit passer par des étapes structurelles pour advenir comme être sexué. C’est à l’adolescence que se pose, dans la construction subjective, la question d’un choix, celui où « l’être sexué ne s’autorise que de lui-même », comme le dit Lacan. Ce rapport à la sexuation à travers les transformations pubertaires, approches amoureuses et rencontre de la chair de l’autre, met en tension la castration à partir de la découverte de nouvelles jouissances. Les choix d’objets sexuels et la question du genre se posent à cette période de façon vive, où le sujet cherche son désir. L’adolescence se manifeste dans tous ses états aussi bien en son temps que dans celui de l’analyse d’adulte. Le réel du corps en mutation cherche son appui sur les bords de la structure en mobilisant le fantasme. Ce qui fait de toute adolescence un passage à la limite qui questionne le lien social dont elle se fait l’écho. Cet événement interroge aussi bien la pratique singulière que les pratiques institutionnelles.