Lacan, l’expérience analytique

vignette.jpg

Avec ces journées nous interrogerons le devenir ce qui a été ainsi transmis et enseigné de l’expérience analytique. Qu’est-ce qui, dans la pratique de chaque analyste, fut saisi, adopté, repris et prolongé de ce que Lacan apporta comme témoignage et comme pensée sur son affrontement à la chose psychanalytique ? Que fait-on de la demande à la lumière de ce qu’il en a dévoilé ? Comment pratique-t-on l’interprétation équivoque, et quels effets en observe-t-on ? Que sont devenues les structures cliniques, lorsque leur logique s’atteste toujours plus tandis que l’évolution des sociétés les conteste ? Que traite-t-on du symptôme, du fantasme ? Quel usage fait-on de l’amour du transfert, à d’autres fins que l’amour ? Comment et quand finit-on une analyse ? Toutes questions sur lesquelles de nombreux analystes se prononceront et échangeront, tout en dessinant ce qui reste encore pour l’avenir à déchiffrer, à utiliser, et à prolonger de cette psychanalyse freudienne lacanienne indispensable.

Marques de la transmission de Lacan dans une pratique de la psychanalyse

  • Pierre Bruno, Guy Le Gaufey, Claude Landman, Eric Laurent, Danièle Lévy, Agnès Metton, Erik Porge
  • Modérateurs : Gisèle Chaboudez et Alain Vanier

Devenir analyste, désir de l’analyste

  • Modératrice : Gorana Manenti
  • Gérard Pommier : Surtout ne pas vouloir soigner : un désir renié
  • Patrick Landman : Analyste : désir et devenir, deux logiques différentes ?
  • Gisèle Chaboudez : D’un acte de foi à un acte analytique
  • Marie jean Sauret : « ... rejoindre la satisfaction de chacun »